elsa_

 

La Reine des Neiges

  

Encore une fois, c’est mon fils qui a trouvé LE moyen qui nous permettra désormais de décrire le Syndrome d’Asperger, ou plus globalement les troubles du spectre autistique, aux enfants neurotypiques.

Mon fils est désormais un préadolescent, avec tous les – premiers – problèmes que cela entraîne, globalement les mêmes que quelqu’un d’autre, sauf qu’il est évidemment plus sensible à certaines choses. Il a notamment des moments de colère qu’il contrôle mal, qui le font réagir violemment et prononcer des mots agressifs sur un ton agressif (je précise qu’il n’est jamais, jamais physiquement agressif, il s’agit d’une apparence). Je lui ai demandé d’où cela vient, si cela vient de ses pensées ou de ses sensations, de sa poitrine. Il a dit que cela lui montait du ventre, par la poitrine et qu’il ne savait pas ce que c’était.

Nous avons discuté, je lui ai dit que c’était quelque chose de normal, que tous les adolescents ont des réactions plus ou moins fortes, que c ‘étaient des hormones et le fait qu’il grandissait. Mais qu’il réagissait plus violemment, qu’il perdait contrôle. Ce qui est logique – puisque déjà en temps normal il est contraint de garder constamment « le contrôle » sur ses émotions, du coup il « explose » plus facilement.

Nous avons travaillé sa maîtrise. En quelques semaines, il a fait des progrès tellement énormes que c’est absolument admirable. Un Yogi pourrait le prendre en exemple ! Il a quasiment retrouvé une sérénité constante, cela ne lui prend plus qu’une minute pour se calmer et contrôler quand cela le prend.

 

Alors, pour en  revenir à ce que je disais au début, nous en sommes venus à discuter de sa différence, du fait que son cerveau fonctionne plus vite, qu’il a plus de pensées, qu’il pense à l’avance à un milliard de choses auxquels les NT ne pensent, en fait, tout simplement pas, ils attendent de voir venir (p.ex. en allant au restaurant, il va se demander comment y aller, où s’asseoir, ce qu’il va exactement manger, comment et quand le commander, comment et dans quel ordre manger ….. au lieu d’y aller et de voir venir).

Je lui disais donc qu’il sera nécessaire, toujours et encore, de maintenir un suivi psychologique.

Il faut que je lui explique le « pourquoi » parce qu’il déteste cela. Il n’aime pas être différent.

Alors je lui ai exposé que c’était pour l’aider, pour reprendre le contrôle. Pour arrêter ses pensées quand nécessaire – et les diriger de façon plus constructif. Qu’il devait voir cela comme une sorte de super-pouvoir (sans que cela n’en soit un) qui doit être contrôlé.

 

Alors il me sort : Comme la Reine des Neiges.

 

Et oui.

 

En fait, c’est EXACTEMENT CELA !!

 

Pensez-y un peu ainsi : ces pensées plus nombreuses et rapides, c’est un « pouvoir » comme celui d’Elsa, qui a, elle, le pouvoir de créer de la glace et de la neige par le simple toucher.

 

Observez les parallèles avec un petit Asperger :

Quand la petite Elsa est jeune, elle a encore un « petit » pouvoir qu’elle contrôle un peu, elle joue avec…. puis blesse sa petite sœur par mégarde parce qu’elle ne maîtrise pas tout. Ses parents lui demandent alors de cacher ses pouvoirs, de ne plus s’en servir – et meurent avant de changer cette situation.

Ainsi, la jeune fille grandit sans jamais se servir de ces pouvoirs, sans apprendre à les diriger, à les maitriser. Elle demeure cloitrée dans sa chambre dans son palais, loin même de sa propre sœur.

Vous commencez à voir où je veux en venir ? Les pensées des Asperger, l’isolation, le manque de contrôle sans aide…. et les dangers lorsqu’on les laisse seuls…

Bref, continuons.

Arrive alors le jour du couronnement de la reine Elsa. Sa sœur Anna  tombe amoureuse et annonce à sa sœur qu’elle va se marier avec un homme qu’elle vient de rencontrer.

Cette émotion est trop et Elsa perd contrôle….. ses pouvoirs échappent à sa maîtrise et tout le royaume se retrouve sous une glace éternelle, paralysée par le froid, condamné…                                                                                                                    

Elsa n’en sait rien, elle s’est enfuit, pensant bien agir. Elle ne voit rien de ce qui se passe autour d'elle.... elle s'enferme dans son palais de glace (oui, vous voyez les parallèles!!)  

Je passe la suite, on en arrive à la grande finale, tout est dramatique, glacé, le « méchant » tente de tuer la reine Elsa pour lui dérober sa couronne, la Reine des neiges, épuisée, accepte son sort….. mais sa petite sœur Anna non, elle se sacrifie pour sauver sa sœur. Olaf, fidèle ami et bonhomme de neige sympathique, expliquera la situation à la reine : l’amour. L’amour oui…

Bref, grâce à ses amis la reine apprend à contrôler ses pouvoirs – et le Royaume va prospérer dans le plus grand bonheur de tous.

 

Elle a maîtrisé son pouvoir, qu’elle pensait seulement destructeur, pour en faire quelque chose de très bien et plus que positif pour tout le monde.

 

Ainsi le « pouvoir » des Asperger peut être utilisé de façon destructrice (pour les isoler des NT, les rendre anxieux, terrifiés, « bizarres », exclus) et de façon « constructive », pour faire quelque chose de positif (ils peuvent devenir des « génies » ou simplement être heureux).

 

Il suffit d’aller voir la personne qui aidera l’Asperger à apprendre la maîtrise de son « pouvoir »…. et cette personne, c’est l’entourage, la famille, mais aussi les psychologues ou psychiatres (pardon, je n’arrive jamais à savoir qui est qui).

  

Alors, d’un coup deux pierres :

 

1)   j’ai pu expliquer à mon fils POURQUOI il avait besoin de soutien extérieur

2)   j’ai trouvé le parfait moyen d’expliquer à des enfants NT ce qu’est le Syndorme d'Asperger !! Un genre de ‘pouvoir’ qu’il faut apprendre à contrôler. Tant que ce n’est pas fait, il y a ‘danger’ ou ‘comportement parfois très bizarre’,  l’Asperger se cache, s’isole. Dès qu’il est maîtrisé, c’est un ami fidèle et fort, qui apporte de la joie, du bonheur et nous rend le sourire, même s’il restera différent !

 

Qu’est-ce que vous en pensez ???